Archives pour la catégorie Édition 2014

Le travail à l’Albanaise

Le passage de la frontière albanaise nous a fait retrouver nos charettes, mules, biquettes et les vieilles Mercedes très prisées dans ce pays !

Nous avons remarqué rapidement que le travail à l’Albanaise c’était des bâtiments toujours en construction, des routes en chantier mais vont-ils vraiment les terminer… c’est sur que non !
Pour être sûr, l’escalier est à l’extérieur,  les balcons sans garde corps. Et souvent des étages sans fenêtre: on verra peut être qu’un jour ils en auront besoin ! Ils anticipent…

Notre arrivée dans Tirana s’est faite par les montagnes, et oui ce pays a de très jolie relief.  La vision de bidonville en périphérie de la ville nous à bien montré la pauvreté de ce pays avant de découvrir une capitale en altitude où le centre est basé autour de la grande mosquée et la place sainte Thérèse.

En fin de journée après avoir récupéré notre sticker, nous mettons le cap vers le Monténégro. Avant la frontière nous avons trouvé un petit lac des familles pour notre petit bain matinal !

Cap sur le Monténégro au petit matin…

Traversée de la Grèce

Hello !

Ça fait longtemps qu’on a rien publié, je sais… petits problèmes de connexion internet dans ces pays, pour uploader de photos c’est bien, mais pas top. Les articles sans photos sont mis à jour progressivement.

Alors alors… la Grèce. Il fait diablement chaud !! Nous nous sommes réfugiés dans les montagnes avant Thessalonique pour notre premier campement, avec une vue imprenable à 360 degrés depuis notre perchoir.

Le lendemain matin, route de montagne suivie d’une bonne panne sèche au milieu de nulle part, sauvée par notre fidèle bidon de secours, ouf ! Des tonnes de virages plus tard, après avoir croisé des vaches, des biquettes et des kebabs à pattes paisiblement plantés au milieu de la route, nous sommes arrivés dans la ville de Thessalonique, cité balnéaire à la grecque. Pas grand chose à voir niveau antiquités mais quelques quartiers sympas et de grandes plages façon côte d’azur, en plus chaud.

Petite chute presque à l’arret pour moi (christophe) à cause d’un bitume bien patinoire en centre ville, sans conséquences. Nous nous sommes mis en route le lendemain pour l’Albanie : retour dans les montagnes pour chercher de l’air plus frais, enfin à moins de 40 degrés quoi…

Nous avons dressé notre campement aux grands lacs du nord, partagés entre Grèce, Macédoine et Albanie. Tente plantée sur la plage, à 10 mètres d’une eau à 28- 30. Pénible…

Cap au 270

Départ d’Istambul sous des nuages menaçants. Première goutte, on plante tout et on enfile les combis de pluie, bien vu : draches de flotte pendant une heure ! Avec le sol sec et le ruissellement, nous avons même dû traverser des gués, à la limite de la noyade des moteurs !

Passage de la frontière grecque en début de nuit sans encombre, ça fait quand même plaisir de retrouver cette bonne vieille zone euro. Première impression : malgré nos notions d’alphabet cyrillique, bah… on ne comprend pas grand chose, plein de nouvelles lettres !

Coup d’oeil sur la carte, on choisit notre spot de campement. Quelques virages et quelques grenouilles écrasées plus tard, nous voilà installés sous les étoiles au sommet d’une montagne, avec pas grande civilisation en vue. Tant mieux pour le spectacle !

Le lendemain matin, petit stress sur le pétrole qui arrive limite limite, et aucune station ni même bled aux alentours. Ça n’a pas loupé, les dernières gouttes englouties, teuf teuf teuf… clac ! Panne sèche, génial ! Hervé est allé chercher de la bonne essence avec notre bidon (très bonne idée de l’emmener avec nous ce bidon !), et nous sommes repartis.

Route de montagne très sympa avec des petites surprises : vaches, biquettes, moutons… la route en grece est vraiment partagée avec n’importe qui ! Quelques bornes de lacets sur une piste non goudronnée, les scooters sont dégueulasses.

Ça y’est, plus que 30 bornes pour Thessalonique, un plouf dans la mer à bien 30 degrés et nous voilà en terrasse en plein coeur de la Baule locale. Visite demain !

Jusqu’au bout du bout

Dernière étape pour rejoindre le bout du bout de notre road trip : Istambul. Frontière romano bulgare passée, bière de « fêtons ça » avalée, nous avons monté le campement pas loin de la ville de Ruse (marrant comme nom) dans une plaine à perte de vue.

Bonne surprise du matin des pêchers autour de la tente : bonne nouvelle pout le petit dej ! En route pour les montagnes bulgares, ravitaillés en vitamines.

Les montagnes bulgares, c’est : des virages, des forêts, des statues de pierre d’un autre temps plantées au milieu de nulle part, et des petits bleds tout en pierre paumés au milieu.

Quelques lacets et courbes rapides plus tard, longue ligne droite, coup de tampon turc sur le passeport, longue ligne droite, chaleur à crever et arrivée en début de soirée à Istambul.

En termes de bout, à partir de maintenant, tous les kilomètres que nous ferons nous rapprocheront de Paris.

Enfin des montagnes !

Le départ de la Moldavie nous rapproche un peu plus de notre objectif: Istanbul en passant par les Balkans, ENFIN DES MONTAGNES :)

Nous arrivons en Roumanie où les véhicules sur la route sont très variés des charettes 1 ou 2 chevaux, des bergers avec leurs moutons, des vaches, des cochons, mais aussi tracteurs, vélos. La voiture nationale reste la Dacia Logan avec toutefois des voitures françaises améliorées : la clio coffre, la megane coffre et les vieilles Renault Broadway !

Les routes de montagnes sont magnifiques entre enchaînements de virages rapides, grandes courbes, nos scooters en redemandent ! Mais attention de ne pas se faire surprendre par une vache qui traverse la route paisiblement et a son rythme !

Nous avons ensuite visité Bucarest. Cette ville est plutôt facile a comprendre car elle est organisée en étoile autour de la place centrale ! Après de nombreuses photos, nous avons chercher notre sésame pour l’étape suivante: un sticker. La ville n’est pas très fournie en magasin de souvenirs !

Le soleil tombant, nous voulions dormir en Bulgarie. Cap vers le Sud ou le passage à la frontière n’a jamais été aussi rapide.

Le pays surprise

Partis d’Odessa, Ukraine, bien rafraîchis par notre bain de mer, nous avons repris la route vers Chisinau, Moldavie, en fin d’aprem.

Quelle ne fût pas notre surprise lorsqu’à la frontière, nous avons appris qu’il y avait en fait un autre pays à traverser : Tiraspol, un genre de ville-etat, auto proclamé pays et disposant de sa propre frontiere et sa propre monnaie ! Ce petit pays borde tout l’Est de la Moldavie, et rendait impossible l’accès à Chisinau sans le traverser. Il semble qu’il soit sous le contrôle de l’armée russe, et n’est pas reconnu par la communauté internationale. Ce pays et l’Ukraine que nous quittions semblent à couteaux tirés, la frontière était bardée de sacs de sables, de militaires, de miradors et de tanks !

Après avoir galéré comme des fous pour passer cette foutue fausse frontière environ 2h de poireaute, de paperasse etc, nous avons même dû repasser en Ukraine trouver un distributeur de monnaie pour le Visa car la « banque nationale » de ce pays ne prennait pas la CB !

Nous nous sommes donc retrouvés en route de nuit, sur des routes de Moldavie de l’est à 6 voies, toutes droites et bordées d’arbres, sans aucune autre circulation que des chiens errants et quelques étoiles filantes. Comble de pas de bol, le gps ne connaissait pas ce pays, pas étonnant.

Accessoirement, toujours sympa les panneaux en cyrillique, mais nous avons pris de bonnes habitudes de traduction.

Au bout d’un moment, alors que nous approchons la frontière supposée pour passer en vraie Moldavie, la route est barrée… par un petit tank et des militaires russes. Impossible d’aller plus loin. Nous sommes finalement tombés sur de jeunes moldaves de l’est qui nous ont accompagné jusqu’à la frontière. OUF ! une fois la barrière levée par un militaire russe pas commode, nous voilà en vraie moldavie… à 2 h du mat.

Campement planté quelques bornes plus tard en forêt, nous nous sommes remis en route pour Chisinau le lendemain matin, avec une halte plouf dans un petit lac pas loin, ça sauve un homme !

Petite déception finalement sur cette capitale qui n’a pas grand chose à voir de grandiose ou extraordinaire. C’est juste une ville, là,  qui ressemble à un immense souk, mais ce n’est que notre impression.

Kiev to Odessa

Nous retrouvons internet et nous ne vous avons pas oublié !
La route entre Kiev et Odessa fut mouvementée entre des routes pleines de trous, des ornières, des semis chemins de terre… en plus de cela le pneu arrière de mon scooter (Hervé) a lâché pour de bon nous obligeant a faire des pauses gonflages tout les 50km dans l’espoir de trouver un réparateur ou un nouveau pneu à Odessa… cela a duré pendant 460 km quand même !

L’arrivée a Odessa fut très accueillante entre tank et soldats armés aux portes de la ville !

Cette ville ressemble beaucoup aux villes du sud de la France avec des avenues de platanes le long de la mer !

Après un petit rafraîchissement en terrasse au bord de la mer noire nous nous sommes baignés ! Plutôt sympa malgré le monde sur la plage. Nous n’avons pas trouvé notre petite plage perso :)

Je vous laisse profiter des photos dans la galerie

From Berlin to Varsovie !

Nous partons enfin vers l’inconnu !
Varsovie avec ces routes toutes pleines de trous formés  par la chaleur et les camions.
Après un passage obligé à Poznan, Nous avons mis le Cap sur Varsovie.

Et enfin une bonne galère a gérer:
Hervé à crevé (une deuxième fois son pneu arrière) et bien entendu nous n’avions plus de kit réparation pour les roues. Allez expliquer a un polonais où trouver des mèches de reparation !

Après d’interminables lignes droites nous sommes arrivés chez des amis de la famille en plein centre de Varsovie !

Notre passage en Pologne nous aura permis de voir de très nombreuses cigognes tout au long de la route. C’est un peu leur coq a eux :) sur des sommets de poteaux électriques dans leur nid ou dans les champs.

Varsovie restera un super moment dans ce tour avec de très nombreux monuments et une vieille ville pietonne (l’enfer) magnifique.

Nous mettons le cap encore plus a l’Est vers l’Ukraine

Ich bin ein Berliner

Parcours sans encombre vers Berlin via Brandenburg, Potsdam et leurs mille lacs, grand soleil et bonne humeur.

Une fois n’est pas coutume, nous avons opté pour une bonne vieille auberge de jeunesse des familles, histoire de pouvoir déambuler dans Berlin, libres de tout bagage. Auberge miteuse d’ailleurs ! Nous avons rejoint un ami de longue date, berlinois depuis 5 ans, avec qui nous avons passé la soirée jusqu’à quelques heures du matin.

Alors Berlin, en gros, c’est quoi ? De grandes avenues interminables de 10 voies de large, des monuments imposants, entre Reichtag, Brandenburg Tor et Potsdam platz. C’est aussi une ville tres cosmopolite avec une population aussi hétérogène que bizarre, des quartiers qui changent du tout au tout entre bidonvilles et champs elysees. On voit encore facilement les disparités héritées du mur. Petit passage obligé à Checkpoint Charlie avant de partir.

Après une bonne nuit de sommeil, nous voilà de nouveau sur la route. Encore vers l’Est pour changer, direction Varsovie. Dernière bière allemande à 50 kms de la frontière histoire de ne pas regretter !

Quelques supports visuels à l’appui : ça arrive, les wifis polonais ce n’est pas ça…

C’est reparti ! L’édition 2014 de l’Eurotour s’élancera fièrement du pied de la tour Eiffel ce dimanche 20 juillet à 19H00. Encore plus déterminés, encore plus loin, encore plus au Nord, à l’Est et au Sud, nous nous sommes challengés cette année. Vous êtes bien entendu conviés le jour du grand départ, le D-Day, à partir de 17.30 au Champ de Mars pour nous encourager ! Vous pourrez à nouveau rêver au rythme de nos folles histoires en suivant scrupuleusement ce blog.

Hervé & Christophe